suite et... fin, pour l'instant (en attendant les nouveaux parfums, etc.)
c'est que il fait beau, j'ai envie de me faire bronzer un peu aussi!

first2_red

Comment tout a commencé... il était une fois... ce dimanche ensoleillé de juin où mon cerveau bouillonnait, je m'agitais en vain tentant d'occuper mes mains (et ma tête, alouette), je tournais en rond et commençais à taper sur les nerfs à chéri, jusqu'à ce que je me dise: et si j'essayais de faire des macarons??  Bon, l'idée n'est pas venue seule (javais même acheté un thermomètre de cuisson la veille!), cela faisait longtemps que je louchais sur ceux de Mercotte, mais je n'osais pas me lancer... et puis, j'ai relu sa synthèse des recettes, je l'ai imprimée et j'ai commencé à réviser... mais cette histoire de meringue italienne, ça m'inquiétait, comment, sans robot, faire le sirop de sucre sans arrêter de fouetter les blancs (jai que deux main moi)?
Bref, encore très intimidée par cette technique, je continuais de me régaler des photos de ses macarons sans me lancer... et là, je tombe sur ses macarons noirs à la réglisse... et un renvoi au site de Marina, PureGourmandise, et là le déclic: pas de meringue italienne, elle dit même que les bons vieux fouets ça marche super, le bonheur! J'avais trouvé ma recette!!
Je ne vais donc pas vous la réécrire ici, hein, allez donc voir son site, il est super joli en plus. Très bien fait (et je m'y connais, lol).

MERCI Mercotte et Marina (mes nouvelles idoles)!!

Mes/leurs petits trucs en plus:

- il faut des blancs vieillis, c-à-d séparés puis conservés 2-3 jours au frigo, ou vieillis artificiellement en les mettant au congélateur: comme je me suis décidée à la dernière minute (et que je fais toujours comme ça), j'ai congelé mon blanc d'oeuf pendant 2-3h, c'est tout, et ça a marché (après, si vous en faites une grosse quantité, il faudra plus de temps j'imagine). Depuis, quand je sépare des oeufs (mayonnaise, pâtes, etc.), je congèle systématiquement mes blancs (un ou deux maxi par boîte, anti-gaspi).

- les quantités: comme j'avais vraiment peur de tout rater et que je n'aime pas gaspiller, j'ai divisé toutes les quantités pour faire mon mélange à partir d'un seul blanc (ça donne, par rapport aux proportions de Marina: 1 blanc d'oeuf, 75g de sucre glace, 40g d'amandes en poudre et 10g de sucre en poudre).  J'ai obtenu environ 12 macarons (24 coques), et ils étaient très bons.

- le croûtage - c-à-d lorsqu'on a fait ses petits tas de pâte réguliers sur la plaque, les laisser dehors pendant un certain laps de temps avant d'enfourner - je l'ai fait pour ma première fournée, car mon mélange ne s'aplatissait pas bien (présence de pics sur le dessus, tas un peu inégaux) pendant 30mn-1h environ. Pour la deuxième fournée, je les ai laissés croûter à peine 1/4 d'h car ils étaient tout de suite lisses. Mercotte ne fait pas croûter, Marina si, moi je dis: ça dépend! grin

- le truc des 3 plaques (Mercotte et Marina): pour moi, c'est indispensable de suivre leur conseil là-dessus. Indispensable pour obtenir la collerette (et ça, Mercotte l'a dit, c'est essentiel! wink). J'ai acheté 2 plaques en métal basiques chez la 'Foir'-tu-fouilles' (4€50), chez 'Aupré', ils n'avaient que des plaques de marque très chères (je n'avais besoin que de deux plaques: avec celle de mon four, ça fait 3).

- les colorants: les macarons, c'est aussi rigolo parce que c'est de toutes les couleurs, alors le colorant, c'est important. Ma première fournée, je l'ai faite avec du colorant 'Vahina' (vert, acheté en grande surface) que j'avais. Bon, Mercotte recommande le colorant en poudre, et Marina utilise soit l'un soit l'autre (en poudre ou liquide), mais quand j'ai commandé les miens de colorants (chez Artgato), on m'a dit que Pierre Hermé (lui-même!!) utilisait des colorants en pâte, que c'était mieux pour les macarons, alors, je me suis dit... si c'est bon pour Pierre Hermé, euh, c'est bon pour moi! grin

- la torréfaction de la poudre d'amandes: j'ai commencé par suivre les conseils de Mercotte (10mn à 150°), mais je l'ai fait dans mon petit four (car mon grand four était occupé à préchauffer à 145°!): résultat: bon à jeter, c'était cramé. J'ai recommencé, cette fois moins longtemps, mais elles ont quand même coloré (d'où la couleur moins uniforme de mes premiers macarons). Donc, pour ma deuxième fournée, je les ai mises à 90°. Je crois que mon mini-four chauffe plus fort et plus vite qu'un four normal.

ma dernière fournée (hier à 21h, d'où le manque de lumière, d'où le flou, je fais le fourrage aujourd'hui: mangue-passion à la demande générale...):

macaron2
Il y a toutes les tailles, car j'ai voulu utiliser le gabarit de Marina (3,5cm), mais ma pâte ne rentrait pas toute, j'ai donc refait des mini-tas au milieu!
J'apprends quelque chose à chaque fois!

macaron2b
moi je suis le macaron orange... je suis encore vide, mais pas pour longtemps...

PS allez donc faire un tour virtuel chez Ladurée... ça fait rêver...